Bronze au cheval non répertorié CALLIIDV

  

  

BRONZES INÉDITS À LÉGENDE « CΛLLIIDV »

(Article paru dans OMNI n° 2)

J.-L. Mirmand


Depuis peu nous avons pu voir des nouveaux bronzes, gaulois, inconnus ou presque(1), portant une légende peu lisible ou en partie lisible derrière la nuque. Un dernier exemplaire où la légende apparaît complète, permet la lecture de CΛLLIIDV.

 

                                       

 

Le nombre connu pour ce type est de cinq exemplaires, quatre proviennent du département de la Lozère et un du département de l´Hérault. Cette aire de dispersion Gabale pourrait confirmer une attribution à ce peuple ou aux Arvernes, en effet :  « Dans le Massif central, en Gaule celtique, les rudes Arvernes, courageux et entreprenants, exerçaient leur domination (« imperium », dit César) sur leur voisin et entre autres sur les Gabales. » (2) .

La Légende CΛLLIIDV est inconnue, elle peut se rapprocher de celle des bronzes du type CΛLIIDV (LT 3931 - DT 3569, série 1202 – Nash 1978, 425, planche 17 – Sch. Lyon, 404-405 – Nieto 2003, série 25, p. 159 – RIG 89) datés de la fin du premier tiers, du premier siècle avant J.-C et de la guerre des Gaules, attribués aux Arvernes. Légende lue Caledu(3).

 

                                       

                                                   Avers du bronze LT 3931

 

Les deux gravures de légende étant très proches ; il est fort probable que les deux types de monnaies soient de la même époque, et d´ateliers similaires ou non éloignés, même si le cheval ou le portrait diffèrent de style.

Deux autres monnaies à légende CALEDV sont connues, le denier ou quinaire du type LT 7174 et le denier ou quinaire du type LT 7177, attribués à la Gaule-Belgique, datables tous deux de la fin de la guerre des Gaules et de la période prè-augustéenne. L´aire de dispersion et le style de ces deux types n´indiquent aucune correspondance avec nos exemplaires.

 

Description :

 

                 


A/ : Tête masculine à droite portant un torque à l´extrémité bouletée. Coiffure formée de mèches courbes vers l´arrière. Légende CΛLLIIDV derrière, lue dans le sens horaire.

R/ Cheval galopant à droite, crinière au vent, X dessus, deux lignes de demi cercles dont une inversée et emmêlées dessous.


Note : La monnaie trouvée à Mèze a la particularité d´avoir une double frappe du revers, on peut voir deux chevaux, un sur l´autre.

 

                

        Commune de St-Etienne-du-Valdonnez         Commune de St-Etienne-du-Valdonnez)

                          (Lozère) [,73 g].                                         (Lozère) [2,17 g].

 

                 

                Canton de Marvejols (Lozère)                 Canton de Marvejols (Lozère) [1,63 g].

 

                                              

                                                       Commune de Méze (Hérault).


Aucune explication plausible pour CALIIDV et CALLIIDV est connue pour cette région. Le nom d´un chef est possible, plusieurs exemples existent pour les monnaies Arvernes comme EPAD du chef Epasnactus, grand ami du peuple Romain, et VERCA du chef Vercassivellaunos, cité par César, ou VERCINGETORIXS(4) . Le nom d´une région, d´un peuple, d´une tribu,… tout reste possible.


Dans l´attente de nouvelles trouvailles, l´attribution aux Gabales peut être considérée comme bonne. Les monnaies connues depuis peu, semblent être de même coin, ce qui indiquerait une faible production locale. Les prochaines découvertes pourront confirmer cette attribution ou la changer.


(1) – Monnaie publiée pour la première fois dans le Catalogue des Monnaies de Lozère , J.-L. Mirmand, 2006. Deux exemplaire connus et légende non lisibles.

(2) – Ce tant rude Gévaudan, Félix Buffière, 1985, p. 104.

(3) – « La lettre II est une forme archaïque romaine du E, adoptée par les Gaulois », Volume IV du Recueil des Inscriptions Gauloises (RIG) les légendes monétaires, Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu et Brigitte Fischer, 1998, p. 165.

(4) – Recueil des Inscriptions Gauloises (RIG) les légendes monétaires, Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu et Brigitte Fischer, 1998, p. 265, num. 161 pour EPAD ; p. 462, num. 301 pour VERCA ; p. 463, num. 302 pour VERCINGETORIXS



09/03/2006
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres