Les monnaies de Mende

   En 1161, Aldebert III du Tournel, évêque de Mende vient à Paris, à la cour du Roi de France Louis VII. En présence de tous les barons, il reconnait que son évêché dépend du royaume de France et il prête serment de fidélité au Roi sur l´Évangile. En échange de cet hommage, qui règle des droits incertains entre le royaume de France et le Saint-Empire Romain Germanique, Louis VII concède à Aldebert et à ses successeurs des droits régaliens sur le Gévaudan "cum regalibus ad nostram coronam pertinentibus", la bulle d´or. Or les droits régaliens comprennent le droit de battre monnaie.

   En 1263, Sire Arnoul de Cour Ferrand, Sénéchal de Beaucaire, prétend avoir des droits à la monnaie de Mende, et en interdit la circulation.

   Un arrêt du Parlement de 1266, reconnaît que l´évêque et ses successeurs peuvent légitimement frapper cette monnaie, laquelle depuis longtemps "multo tempore", a cours dans la cité et le diocèse de Mende.

   En 1307, le Roi accorde de nouveau à l´évêque de Mende la permission de fabriquer des espèces de billon et d´argent dans son domaine particulier.

   L´invention en 1170 d´un corps saint, qu´on dit être celui de Saint Privat, conjuguée aux réactions multiples des miracles du Saint, devait susciter la ferveur des pèlerins et écoutler les monnaies frappées au nom et à l´effigie du Saint, un buste de face mitré qui rappellait celui des monnaies de Viviers et Clermont.

   Ce monnayage cesse au XVIe siècle.



01/03/2006
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres