Personnages célèbres de Lozère


Guillaume de Grimoard
Guillaume de Grimoard :

Guillaume naquit en 1310 au château de Grizac (commune du Pont de Montvert). Son Père, de la famille de Grimoard, seigneur de Grizac, avait épousé Amphélise de Sabran de Montferrand (château de Montferrand, commune de Banassac). Il prit l´habit de religieux au monastère de Saint Sauveur de Chirac et fut élu Pape en 1352 jusqu´en 1370. Il prit le nom d´Urbain V.

Bulle papale, plomb, 39 mm.

A/ SPASP (Saint Paul et Saint pierre) ; tête de Saint Paul et Saint Pierre de face, croix au milieu.

R/ URBANUS P P V  (Urbain saint père cinquième)


Guillaume de Grimoard
Guillaume de Grimoard :

Médaille en terre cuite moderne, 38 mm

A/ URBAIN V - 1310 1370


Moulage du XIXe ou début XXe siècle
Moulage du XIXe ou début XXe siècle :

Moulage en platre, 38 mm

VRBANVS V PONT MAX, buste du Pape Urbain V à droite.


Guillaume de Grimoard
Guillaume de Grimoard :

A/ VRBANVS V PONT MAX, Buste du Pape à droite.

R/ GLORIA ET HONORE CORONASTI EOS

Médaille de restitution des Papes par Ferdinand de Saint Urbain (1691-1700)

Bronze, 40 mm


Urbain V
Urbain V :

A/ Saint CASSIEN et URBAIN V

R/ Abbaye Saint Victor de Marseille

Bronze, 68 mm

L’abbaye Saint-Victor de Marseille a été fondée au Ve siècle par Jean Cassien, à proximité des tombes de martyrs de Marseille, parmi lesquels saint Victor de Marseille († en 303 ou 304), qui lui donna son nom. L'abbaye prit une importance considérable au tournant du premier millénaire par son rayonnement dans toute la Provence. L'un de ses abbés, Guillaume de Grimoard, fut élu pape en 1362 sous le nom d'Urbain V. À partir du XVe siècle, l'abbaye entama un déclin irrémédiable.

Depuis plus de 1 500 ans, Saint-Victor est un des hauts lieux du catholicisme dans le sud de la France, et bien que le monastère ait été démantelé à la Révolution, l'église reste toujours affectée au culte. (source Wikipédia)


Dominique de la Rochefoucauld
Dominique de la Rochefoucauld :

Né à Saint Chély le 26 septembre 1712. Fils du Marquis Jean-Antoine de la Rochefoucauld de Saint Ilpize et de Marie - Madeleine de la Champ. Il fit ses premières études au collége de Mende et fut appelé par son parent, l´archevêque de Bourges qui en fit son grand vicaire. Nommé archevêque d´Albi le 29 juin 1747, il passa à l´archevêché de Rouen en 1759 où il fut élevé à la dignité de cardinal par le Pape Pie VI en 1778.

Député du clergé du bailliage de Rouen aux états généraux, en 1789, il présida la chambre de cet ordre jusqu´à la réunion de tous les ordres en une seule assemblée. Il fut un des signataire de la protestation du 12 septembre contre les opérations de l´assemblée nationale en matière de religion, il refusa le serment et s´exila en 1792 à Münster en Allemagne où il mourut le 20 septembre 1800 à l´age de 88 ans.

Jetons du clergé et églises de Rouen, argent, au nom et armes de Dominique de la Rochefoucauld


Jean - Antoine CHAPTAL Comte de Chanteloup
Jean - Antoine CHAPTAL Comte de Chanteloup :

Jean-Antoine Chaptal, comte de Chantelou est né le 3 juin 1756 à Nojaret (Lozère). Homme chimiste et politique francais, il donne son nom à la chaptalisation, procédé permettant d’augmenter la teneur en alcool pour le vins, il est nommé sénateur en 1805. Il est le 30 juillet 1832 à Paris. 

A/ J. A. CHAPTAL Cte DE CHANTELOUP, buste à droite

R/ lisse

Tranche : 1975

Graveur : Oudiné ; 54 mm ; bronze


Jean-Antoine CHAPTAL comte de Chanteloup
Jean-Antoine CHAPTAL comte de Chanteloup :

A/ J. A. CHAPTAL Cte DE CHANTELOUP ; Portrait à droite

R/ NÉ A NOZARET LOZERE // EN 1756 // CHIMISTE PROFESSEUR // ÉCRIVAIN ADMINISTRATEUR // FABRICANT AGRONOME // MEMBRE DE L´INSTITUT // EN 1797 // UN DES FONDATEURS ET PRÉSIDENT // DE LA SOCIÉTÉ D´ENCOURAGEMENT // POUR // L´INDUSTRIE NATIONALE // MORT A PARIS // EN 1832

Graveur : OUDINE ; tranche : BRONZE ; 52 mm


Jean-Antoine CHAPTAL Comte de Chanteloup
Jean-Antoine CHAPTAL Comte de Chanteloup :

Médaille non attribuée, bronze, 54 mm.

A/ J.A. CHAPTAL Cte DE CHANTELOUP, buste à droite de J.A. Chaptal.

R/ SOCIETE D'ENCOURAGEMENT POUR L'INDUSTRIE NATIONALE, couronne de feuillages.


Professeur Henri Rouvière
Professeur Henri Rouvière :

Henri Rouvière, né le 23 décembre 1876 au Bleymard (Lozère) et mort le octobre 1952, est un médecin et anatomiste français. Il fut professeur d'anatomie à la faculté de médecine de Paris à partir de 1927 et membre de l'académie nationale de médecine.

On se souvient de lui pour sa publication en 1938 de l’Anatomie du système lymphatique humain, qui était une étude exhaustive avec présentation et classification des ganglions lymphatiques humains et des régions de drainage qui leur sont associées. Le travail de Rouvière était la suite de la recherche fondamentale sur le système lymphatique menée par l'anatomiste Marie Philibert Constant Sappey (1810-1896). D'autres ouvrages importants de Rouvière sont l’Anatomie humaine descriptive et topographique en 1924, l’Atlas aide-mémoire d'anatomie et le Précis d'anatomie et de dissection.

Le ganglion de Rouvière a été baptisé ainsi en son honneur : ce ganglion, le plus haut placé dans le groupe latéral des ganglions lymphatiques rétropharyngés, se trouve à la base du crâne.

Il a laissé son nom au musée d'anatomie de Paris, le Musée Delmas-Orfila-Rouvière et au collège Henri-Rouvière dans sa ville natale du Bleymard. (source Wikipédia)